SUD

SOLIDAIRES, UNITAIRES, DÉMOCRATIQUES
Avec plus de 100 000 adhérent-e-s, dont un tiers dans le secteur privé, l’Union syndicale Solidaires est aujourd’hui un acteur majeur du champ syndical hexagonal. SUD éducation est son syndicat dans notre secteur professionnel, de la Maternelle à l’Université. Nous syndiquons TOUS les personnels, quelle que soit leur catégorie, quel que soit leur statut, précaires ou titulaires, dans un seul et MÊME syndicat : parce que nos intérêts sont les MÊMES !
Rejoignez-nous : sud.univ.orleans@gmail.com

lundi 8 mars 2021

Le 8 mars est la journée internationale de lutte des femmes depuis 1910

 

En 2021, la lutte contre les inégalités hommes-femmes et pour les droits des femmes est toujours nécessaire. Les violences sexistes et sexuelles, les stéréotypes de genre, les inégalités professionnelles – notamment salariales – sont toujours à combattre et concernent toute la société, tous les milieux et tous les âges.
Pour lutter contre ces inégalités dans le monde du travail, les femmes se sont emparées à maintes reprises de l’arme par excellence des travailleuses : la grève !
Depuis plusieurs années, l’Union syndicale Solidaires appelle les femmes à utiliser ce levier de mobilisation le 8 mars, partout où c’est possible. Dans l’Éducation nationale, les raisons pour les femmes de faire grève ne manquent pas.
À l’heure actuelle, en France, une femme est assassinée tous les deux jours et demi par son conjoint ou partenaire. 80% des tâches domestiques sont effectuées par des femmes. Les différences de salaires entre hommes et femmes sont telles qu’à partir de 15h40, les femmes travaillent gratuitement. Nous dénonçons la féminisation de la pauvreté.
En 2021, la lutte contre les inégalités hommes-femmes et pour les droits des femmes est toujours nécessaire. Les violences sexistes et sexuelles, les stéréotypes de genre, les inégalités professionnelles – notamment salariales – sont toujours à combattre et concernent toute la société, tous les milieux et tous les âges.

mercredi 24 juin 2020

Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche

 LPPR : la remobilisation, c’est maintenant !

A la suite de la convocation en rafale des différentes instances de « dialogue social », les organisations syndicales ont découvert avec stupéfaction que le gouvernement comptait accélérer le calendrier de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). SUD éducation dénonce la tentative de passage en force du Ministère de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation (MESRI) et appelle l’ensemble des personnels à se mobiliser dès maintenant pour faire échec à ce projet de loi inégalitaire et darwinienne.

5 Milliards d’€ pour la recherche… Ce n’est même pas le minimum !
Tract commun Sud Recherche EPST - Sud Education

Exigeons le retrait du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche 

communiqué intersyndical CGT, FSU, SOLIDAIRES, FO ESR, UNEF, l’Alternative 

SUD Recherche EPST - SUD éducation boycottent le CNESER du 12 juin 2020
Communiqué :

SUD éducation dénonce l’indignité d’un Ministère qui tente de mettre à profit les effets de la crise sanitaire pour imposer son projet largement rejeté, et appelle l’ensemble des personnels :
  • à s’organiser collectivement et à passer à l’action pour mettre en échec ce pouvoir cynique et opportuniste ;
  • à se réunir entre collègues, selon les modalités possibles, au niveau des services, labos, départements, composantes, établissements, sites universitaires ;
  • à déterminer ensemble des modalités d’action qui permettront de créer un rapport de force : motions, pétitions, grève, retenue des notes, non-tenue des jurys, refus de préparer la rentrée universitaire, etc.



  • lundi 15 juin 2020

    Le 16 juin, l'intersyndicale du Loiret appelle à une grande journée de grève et de manifestation pour la défense de la santé publique

    Toutes et tous en grève et en manif le 16 juin !
    Du balcon à la rue, transformons les applaudissements en actions, toutes et tous ensemble, soignant.e.s soigné.e.s pour un système de santé et de protection sociale digne et de qualité

    Depuis des années nous dénonçons les politiques de santé publique, d’action sociale mais
    aussi la casse du système de la sécurité sociale qui les accompagnent.
    Malgré les très nombreuses mobilisations pour dénoncer la casse de notre système de santé, le gouvernement garde le cap et accélère : suppression massive de lits, de services, d’hôpitaux de proximité et privatisation du système de santé !
    Le Ségur de la santé, à l’image du grand débat qui a fait suite au mouvement des gilets jaunes, est une nouvelle entourloupe du gouvernement pour étou'er la colère, et accouchera d’une souris.
    Alors que nous exigeons de lui : la relocalisation et nationalisation des industries pharmaceutiques, l’augmentation de la prise en charge hospitalière, la mise ne place d’un service public de la santé et d’action sociale répondant aux besoins des populations.
    Des millions ont été trouvé aux fils des crises pour sauver les banques, la finance et les dividendes des actionnaires, mais rien, à part l’austérité pour les services publics !
    Alors que la France comptabilise plus de 29 000 morts du coronavirus, que des malades n’ont pas eu accès aux soins par manque de moyen dans les hôpitaux, que des salariés ont été contaminés par manque de protections adéquates et su.santes, le gouvernement fait le choix de la reprise économique comme si rien ne c’était passé. Nous ne pouvons pas accepter cela !
    Nous nous adressons également à tou.tes celles et ceux qui n’ont pas arrêté de travailler pendant le confinement : pompiers, médico-social, caissièr.es, éboueur/euses, personnels de ménage, électricien/nes, gaziers, postier.e.s, enseignant.es, précaires.. qui n’ont cessé de travailler sans aucune protection pour nous tout.es. Il est temps de tout.es nous réunir et d’exprimer notre colère pour un changement de société, tout ne peut pas recommencer comme avant :
    Les organisations syndicales de la santé CGT Santé, FO santé, sapeurs-pompiers d‘Orléans Centre, Sud Santé Sociaux, soutenues plus que jamais dans leurs luttes par les syndicats interprofessionnels : UD CGT,FSU, Solidaires Loiret appellent l’ensemble de la population à descendre dans la rue pour réclamer :
    Une augmentation immédiate de 300 € net mensuel pour toutes et tous,
    L’arrêt de la restructurations des fermetures de lits, de services pour répondre aux besoins de la population,
    L’abandon de la tarification de l’activité, l’augmentation des budgets des établissements, L’augmentation du point d’indice dans la fonction publique,
    Plus d’effectifs dans les services publics et de meilleurs conditions de travail pour toutes et tous dans tous les secteurs,
    Pour la défense et la consolidation de notre protection sociale, L’abrogation définitive de la dernière « réforme » de la retraite et de l’assurance chômage

    Orléans: manifestation à La Source. Départ de l'Indien à 10h30, arrivée sur le parvis du CHRO
    Pithiviers : devant l’hôpital 10h00 (cortège en voiture)
    Montargis : 13h00, place du Patis (cortège en voitures)

    https://www.sudeducation.org/Le-16-juin-avec-la-sante-pour-nos-services-publics-et-pour-nos-droits.html

    jeudi 16 avril 2020

    De nouveaux congés imposés pour les personnels BIATSS?


    Un projet d'ordonnance relative aux congés dans la FP et la FPT qui pourrait être publié aujourd'hui suite au Conseil des ministres. Cela va faire mal pour les personnels BIATSS si ces ordonnances sont appliquées.
    Du coup la FAQ spécial Covid de notre université semble partiellement caduque (cf. point 8):
    http://www.univ-orleans.fr/fr/univ/universite/information-covid-19/vous-etes-personnel/faq-et-contact
    "Que vous ayez recours au travail à distance ou à une autorisation exceptionnelle d’absence, il n’y a aucun impact sur le déroulement de votre carrière (calcul de l’ancienneté, droits à l’avancement, droits à pension, …), sur le maintien de votre droit à rémunération, et sur vos droits à congés annuels, dans le cadre des dispositions réglementaires applicables."

    https://solidaires.org/COVID-19-conference-telephonee-du-14-avril-2020-avec-le-secretaire-d-Etat









    mardi 14 avril 2020

    Coronavirus : NON aux pressions hiérarchiques à rester sur le lieu de travail sans protection !

    Depuis le début du confinement, des personnels techniques et ouvriers ont été sommés de rester sur leur lieu de travail pour assurer l’entretien des bâtiments du CROUS où les étudiant-e-s n’ont pas pu ou voulu rejoindre le domicile parental ; comme c’est aussi le cas pour les écoles encore ouvertes accueillant les enfants des personnels soignants.

    Ces personnels sont en première ligne face au virus.
    Les personnels d’entretien doivent avoir à leur disposition des masques, des gants, des gels désinfectants, des serviettes jetables et suffisamment de pauses pour se laver les mains régulièrement. Sans ces conditions, SUD éducation soutiendra toutes celles et ceux qui feraient usages de leur droit de retrait. 

    https://www.sudeducation.org/Coronavirus-NON-aux-pressions-hierarchiques-a-rester-sur-le-lieu-de-travail.html

    Keep calm... and cancel the exams !

    Nous traversons une crise sanitaire mondiale sans précédent, dont il est encore difficile de mesurer les conséquences. Une grande partie de la société vit "confinée", essayant tant bien que mal d’organiser ses activités essentielles, de soutenir des proches ou de la famille en difficulté. Ce confinement, de degré divers, est amené à durer sans doute encore plusieurs semaines.

    Dans l’enseignement supérieur, la fédération SUD éducation s’oppose à toutes les évaluations à distance. Ces dernières exacerbent les inégalités sociales et géographiques (notamment en termes de moyens matériels et de connexion à Internet) et donc n’assurent aucune égalité entre les étudiant-e-s. De plus, ces évaluations à distance ouvrent la voie, selon les recommandations ministérielles, à une surveillance par webcam des étudiant-e-s, faisant peser des risques de surveillance généralisée. La fédération SUD éducation soutient toutes les initiatives dans l’enseignement supérieur actant l’impossibilité de tenir les évaluations en raison de l’urgence sanitaire : annulation, neutralisation, validation automatique, etc. Le report des examens ne peut pas être une solution, ne serait-ce qu’en raison de la durée encore indéterminée du risque sanitaire.
    Nous appelons les différentes instances compétentes de l’Université, ainsi que nos collègues, à privilégier l’intérêt général plutôt que des contraintes de court terme, en prenant la décision de ne pas organiser d’examens pour ce second semestre ni en présentiel, cela va désormais de soi, ni à distance.

    Non aux évaluations à distance dans l’enseignement supérieur !

    https://www.sudeducation.org/Non-aux-evaluations-a-distance-dans-l-enseignement-superieur.html

    mardi 7 avril 2020

    La crise sanitaire ne doit pas être une excuse pour refuser de payer les vacataires

    Dans une foire aux questions administratives, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a diffusé des informations importantes concernant le paiement des vacataires dans le contexte de crise sanitaire.
    Les trésoreries fonctionnant en « mode dégradé », seuls les paiements récurrents peuvent être assurés et le reste sera régularisé plus tard. A noter que sans les vacataires, l’enseignement supérieur s’effondre.
    https://www.sudeducation.org/La-crise-sanitaire-ne-doit-pas-etre-une-excuse-pour-refuser-de-payer-les.html